Ecojogging : l’ATJ2E sauve la plage de Lomé de plus de 46 kilos de déchets plastiques

Informez vos amis

Très tôt ce matin du samedi 5 février, femmes, hommes, tous des journalistes, derrière leur micro, camera et stylo, ont pris d’assaut la plage de Lomé pour un acte citoyen. Rendre propre la plage à travers l’activité Ecojogging. Une initiative de l’Association des Journalistes Engagés pour l’Environnement (AT2E) en collaboration avec l’association Ecojogging.

Sur la plage, ils sont plus d’une trentaine, femmes comme hommes de médias, engagés pour la cause environnementale, sortis pour rentre cette partie de la plage au propre. Ils ont ramassé des sachets de toute sorte qui jonchent le long de la plage, au niveau de l’ex hôtel de la paix.

« Nous ne cesserons de le dire. L’environnement, ce n’est pas seulement rester dans son bureau, rester sur les médias et parler. Nous avons compris que les journalistes ne doivent pas juste être là pour écrire, pour en parler, mais doivent mettre la main à la pâte. C’est ce qui nous a motivés à venir sur le terrain et nous avons touché du doigt la situation qui prévaut » a précisé le président de l’association ATJ2E, Hector Nanmangue.

Pour le président, les déchets constituent toujours d’être un problème qui s’empire de jour le jour. Malgré l’interdiction de venir à la plage, déplore-t-il, le constat est que les déchets sont toujours là.

« Il y a vraiment un problème au niveau des déchets et nous sommes venus pour permettre à la population de savoir le bien-fondé de garder la plage propre. Nous sommes satisfaits de cette action que nous avons posée avec l’association Ecojogging. L’Ecojogging, c’est une activité qui s’inscrit dans les objectifs de notre association qui vise aussi la réduction des déchets. Nous nous sommes dites si on se met ensemble avec cette association, nous aussi pourrons réduire les déchets de la plage » a-t-il confié.

Et pour le président de l’association Ecojogging, Felix Tagba, l’activité Ecojogging de ce jour avec les journalistes, est initiée pour permettre de sensibiliser les populations. Les journalistes jouent un grand rôle dans la sensibilisation de la protection de l’environnement, c’est pourquoi on s’est joint à cette association pour faire cet événement. Ainsi, les journalistes ont pu dégagé de la plage 46 kilo de déchets. Un record qui réjouit plus d’un et qui les motive pour des échéances à venir.

Cette activité n’est pas la fin des activités inscrite à l’agenda de cette association des Journalistes. Elle compte mobiliser plus d’énergies pour impacter plus la population. Ainsi dans les jours à venir, elle projette commémorer la journée des zones humides pour faire des reboisements pour montrer aux gens que les zones humides sont aussi des zones qui contribuent vraiment à préserver notre environnement. Le président déplore l’envahissement des sachets plastiques sur la plage malgré une cessation d’activité. Ce qui voudra dire pour le président qu’il faut une éducation environnementale qui se pose.

« Je crois que les Togolais doivent savoir qu’en buvant peut-être mon Pure water et je le jette dans la nature, je ne fais pas du bien à la nature. Ce Pure water reste dans la nature pendant plus de cent ans » a-t-il conseillé avant d’appeler à travers cet acte, la population à plus de conscientisations par rapport aux problèmes environnementaux, par rapport surtout à l’usage des déchets. Il a invité la population à essayer de revoir son habitude dans la manière dont elle utilise les déchets.

« Une fois qu’on utilise les déchets, il faut qu’on puisse avoir cette habitude d’aller les mettre dans les poubelles et qu’on ne laisse pas les déchets dans la nature parce qu’en le faisant, on crée encore des problèmes auxquels nous sommes confrontés. »

Ce sont des gestes qui pour le président et plusieurs de ses collaborateurs constituent un danger pour non seulement pour la nature, mais aussi pour l’homme. Elle est source de plusieurs problèmes dont des inondations, de la dégradation de la couche d’ozone, de la disparition des espèces animales voir la mort des animaux.

Il a par ailleurs appelé à la responsabilité des journalistes à user de leur pouvoir pour poser des actes concrets malgré les sensibilisations et à travers des écrits.

Le concept Ecojogging est en marche, a rassuré le promoteur de ce mouvement de jeunes pour la protection de l’environnement, Felix Tagba. Il témoigne qu’en lançant l’initiative « il n’avait pas en idée que cette initiative sera répliquer non seulement au Togo par d’autres personnes, mais aussi partout dans le monde.

« Nous avons plusieurs demandes de personnes qui sont intéressées par l’initiative. Ecojogging est donc en marche, maintenant, il faut innover et de faire de nouvelles choses. Nous nous sommes dans cette optique » rassure-t-il.

Crée depuis 2017, Ecojogging est devenu aujourd’hui un mouvement mondiale écocitoyenne qui consiste à courir tout en ramassant des déchets et à les recycler. Pour le concepteur, aujourd’hui, l’initiative est presque présente dans tous les recoins du monde entier et envisage de vouloir ramasser tous les déchets qui existent dans le monde.


Informez vos amis

Biscone ADZOYI

Linguiste-journaliste et Animateur des Reseaux Sociaux